A voir – A faire

Rives-d’Autise est dotée de divers lieux, monuments, parcs à venir découvrir.

L’abbaye Saint Vincent de Nieul-sur-l’Autise

Fondée en 1068, l’abbaye Saint-Vincent a bénéficié de la protection des comtes du Poitou et ducs d’Aquitaine.

Aliénor, qui serait née à Nieul en 1122, lui accorda le statut d’Abbaye Royale alors qu’elle était Reine de France. En dépit des destructions liées aux guerres de Religion, l’abbaye est l’un des rares ensembles monastiques du Bas Poitou roman conservant abbatiale, cloître avec ses quatre galeries et bâtiments conventuels presque intacts.

Outre la visite de l’Abbaye, il est proposé une scénographie et des bornes interactives permettant de connaître le fonctionnement d’une abbaye, les origines et l’histoire des mouvements monastiques, l’histoire de l’abbaye de Nieul et son influence régionale…

L’église classée de Oulmes

L’Eglise Notre-Dame d’Oulmes est composée aujourd’hui comme primitivement d’une nef avec transept, abside et absidioles. Le sanctuaire est en grande partie de l’époque romane, ainsi que le transept, dont le carré supporte une coupole sur trompes, autour de laquelle s’élève un clocher . Carré massif, il est bien dans le goût de cette époque batailleuse, où l’église servait souvent de lieu de défense. C’est un véritable petit donjon.

retour haut de page

Pour plus d’informations : https://www.maisondelameunerie-vendee.fr/

La Maison de la Meunerie

Le moulin à eau de Nieul sur l’Autise vit au rythme de l’Autise. On pourrait y aller les yeux fermés, guidé par l’eau qui chante. Le paysage alentour donne un avant-goût du Marais Poitevin.

Construit au coeur du village, au fil de la rivière, le moulin à eau de Nieul-sur-l’Autise date de 1728. Remis en fonctionnement en 1997 grâce à une association locale “LES GUEURNIVELLES” (petites grenouilles en patois vendéen), il témoigne d’un temps où la farine était à la base de l’alimentation humaine et animale.

Depuis 2016, la Communauté de Communes Vendée Sèvre Autise a acquis la gestion de la Maison de la Meunerie en lien étroit avec l’association Les Gueurnivelles et en collaboration avec le Parc Naturel du Marais Poitevin. De nombreuses animations et visites vous attendent.

retour haut de page

Le parc du Val du Jarlingon

Le Jarlingon, quel drôle de nom !
C’est celui du ruisseau qui traverse ce lieu mais uniquement quand les sources sont hautes, c’est à dire en hiver.
Ce terrain, prêté à l’origine par les propriétaires du château, a vu se dérouler les matchs de football de l’équipe d’Oulmes, même après la fusion des clubs d’Oulmes et de Nieul-sur-l’Autise, jusqu’à la construction du complexe sportif du Champ du Pas.
De cette occupation sportive, il reste les anciens vestiaires appelés La Guinguette. Le terrain s’est vu transformer sous l’impulsion de M. de Lamotte, maire de la commune de 1989 à 2001, en un jardin public, où il fait bon se retrouver pour jouer, prendre l’air ou pique-niquer.

retour haut de page

Le centre du Vignaud
et son parc

Aux portes du Marais Poitevin, le Centre du Vignaud vous accueille.
Situé au coeur du village de Nieul-sur-l’Autise dans un parc ombragé de 4,5 ha en bordure de rivière, le Vignaud est un centre d’accueil avec hébergements et restauration pour tous vos séjours de groupes.
Dans un cadre calme et convivial, le centre du Vignaud accueille toute l’année :

  • des classes découvertes (scolaires),
  • des groupes sportifs (foot, vélo, randonneurs,…),
  • des réunions de famille (mariage, anniversaire…) ou d’associations,
  • des séminaires d’entreprises,
  • des séjours en pension complète ou demi-pension.

retour haut de page

pour plus d’informations :
https://www.sejour-groupe-vendee.com/
Centre d’accueil du Vignaud – 8, rue du Moulin –
Nieul sur l’Autise – 85240 RIVES-D’AUTISE –
Tél : 02 51 52 43 38

Le château de Oulmes

Il était situé à peu près sur l’emplacement du Château actuel. Il en reste un escalier enclavé dans les servitudes, dont nous parlerons tout à l’heure. La rue qui longe la tour à laquelle appartenait cet escalier porte encore aujourd’hui le nom de rue de la Retraite. Le vieux château doit avoir été démoli partie au XVII e siècle, partie au XVIII e. Dans la partie détruite à cette dernière date, « on voyait en sculpture au-dessus de la porte principale, garnie d’une herse après le pont-levis, les statues de Charles de Vivonne et de la dame de Bausi, son épouse, seigneur, haut justicier de cette terre ». Charles de Vivonne vivait au XVI e siècle. En 1764, époque où furent comblées les douves, il restait encore une partie du vieux château « servant de basse-cour », et une pour ou pavillon, où se trouvaient les prisons « tant de basses-fosses qu’à rez-de-chaussée ». Il se compose de deux parties fort distinctes : 1° les communs ; 2° le pavillon ou château proprement dit.

Les communs, vaste construction de la fin du XVII e siècle, présentant la forme d’un fer à cheval, ont été bâtis à l’imitation des casernes de Versailles. La tradition locale va jusqu’à les attribuer à Mansart, de même qu’elle attribue les jardins à André Le Nôtre. L’ancienne fuie seigneuriale existe toujours. Le pavillon a été construit de 1759 à 1764. C’est une jolie habitation encadrée dans un bosquet charmant, que précèdent des douves de fantaisie. Du côté des jardins, un bas-relief, encastré dans le fronton, représente les occupations habituelles des anciens châtelains de l’endroit, la chasse, la pêche, l’agriculture, etc.

Petite Cité de Caractère

La commune de Nieul sur l’Autise adhère depuis 2002 à l’Association Départementale des Petites Cités de Caractères de Vendée.
Les communes d’Apremont, Faymoreau, Foussais-Payré, Mallièvre, Mouchamps et Vouvant sont les autres membres.
Cette adhésion a permis à Nieul sur l’Autise d’avoir la désignation “Petite Cité de Caractère” décernée en 2007 par la Commission Régionale de labellisation des Petites Cités de Caractère des Pays de la Loire et renouvelée en 2015.
L’obtention du label “Petite Cité de Caractère” est délivré aux petites villes et villages des Pays de la Loire possédant un patrimoine architectural et naturel remarquable et répondant aux critères essentiels d’une charte d’accueil du visiteur. Garantie de qualité, ce label impose aux communes de poursuivre sans cesse les efforts de mise en valeur de leurs attraits par la réhabilitation, la promotion et l’animation.

Un parcours de découverte du patrimoine vous est proposé pour flâner et apprécier cette Petite Cité de Caractère.

Le mausolée

Espérance Rousseau (1882-1936), originaire d’Oulmes, cultivateur et éleveur de moutons, a habité la propriété sise au 14 route de Fontenay. D’un voyage au Maghreb, vers 1930, cet homme aux idées originales a rapporté le plan de l’un des édifices funéraires des « marabouts » et a décidé qu’à son décès une construction semblable serait érigée sur sa tombe et celle de ses ascendants dont les sépultures étaient sur sa propriété. Par testament, il lègue à la commune cette parcelle de terre et la somme nécessaire à la construction de l’ouvrage ainsi qu’à son entretien. Sur le fronton du mausolée figure l’inscription : « Aujourd’hui moi, demain toi ».

Le camp néolithique

La découverte, en 1971, du camp néolithique de Champ Durand, témoigne du passé préhistorique de Nieul sur l’Autise. Ce site de 3 ha a probablement abrité une place d’échanges commerciaux ainsi que des populations environnantes.

Il est protégé au nord, à l’est et à l’ouest, par une triple enceinte de fossés, et au sud, par la vallée des Maléons.

Ce site est accessible par la rue Champ Durand (suivre les panneaux signalétiques). Des panneaux d’informations plus détaillés sont visibles sur place

Le moulin de Pacouinay

Le premier Moulin à vent est vraisemblablement construit vers 1680. Trois moulins sont ensuite élevés, avant 1750, comme l’atteste la carte de Cassini sur laquelle les trois édifices figurent. Deux moulins sont détruits en 1872, en raison de l’importance des taxes auxquelles ils étaient soumis. Le moulin subsistant est restauré en 1816, puis est motorisé en 1900 afin de pallier à l’absence de vent. De 1680 à 1929, le moulin est la propriété des Goguet, famille de meunier. En 1929, il est vendu à la famille Coirier qui maintient son activité jusqu’en 1959, date à laquelle les ailes cessent de tourner.

retour haut de page